Accompagner les élèves et penser des scénarios pédagogiques

Quelques idées pour accompagner les élèves et penser des scénarios pédagogiques avec eux et pour eux

Parce que l’autonomie s’apprend, voici quelques rappels à mettre dans notre menu hebdomadaire pour que chaque élève progresse !

  1. Aider à préparer l’environnement physique et sécure de l’élève :
  • Le lieu de travail : un lieu où il y a le moins possible de passage, un lieu où l’on peut déposer ses affaires d’école, afficher des documents (aide-mémoire, calendrier…), un lieu où il y a peu de distracteurs et où l’on se sent bien !
  • Le matériel dont on a besoin : avant de démarrer une séance, l’enseignant rappelle quel est le matériel nécessaire pour réaliser la ou les tâches. (Des petites photos ou picto peuvent être aidants pour des élèves petits lecteurs).
  • Pour aider l’élève à appréhender le temps, puis à le gérer et enfin à le planifier, il est important de le guider au départ :
    • proposer aux parents d’aller sur https://classroomscreen.com/ par exemple et d’utiliser l’horloge ou le timer (attention à ne pas abuser du timer si celui-ci est anxiogène),
    • séquencer le travail en y incorporant des pauses,
    • numéroter les tâches à exécuter,
    • faire des plannings à la journée et/ou à la semaine selon la tâche finale,
    • inviter les élèves à cocher le travail fait (prévoir une petite coche à cet effet !)
  • Se rappeler qu’une journée de classe ou de cours est ritualisée et permettre aux élèves de continuer à vivre quelques-uns de ces rituels :
    • Le jogging d’écriture,
    • La spirale du temps,
    • La météo en anglais,
    • La météo des émotions,
    • Les massages et jeux de doigts et de main,
    • Le mot du jour…

2.   Rendre explicite ce que l’on vise

Pour apprendre, les élèves doivent être conscients qu’ils sont en train d’apprendre. Il faut pour cela leur dire ce que l’on apprend. (Un exemple pour illustrer : texte à transposer au futur 3 formats / consigne)

    • L’objectif de la séance doit être explicité par l’enseignant : l’élève doit être capable à la fin de la séance de dire avec ses mots si l’objectif est atteint (exemple : il ne suffit pas de dire « faire l’exercice 3 sur le futur simple » mais expliquer que dans cet exercice tu vas être capable de conjuguer les verbes en -er au futur en t’aidant du contexte et du sens des phrases).
    • Toutes les procédures doivent être expliquées et explicitées aux élèves à leurs parents. (remplir les interlignes de tout ce qu’on dirait en classe pour accompagner les élèves à ce qu’ils développent des capacités à apprendre et des attitudes à apprendre). (exemple : il ne suffit pas de dire Exercice 1 et 2 symétrie Axiale / Exercice 3 COD-COI mais on peut expliquer à l’élève ce qu’il est invité à faire, on l’aide à faire du lien).

Avant de démarrer, selon les séances, l’élève est invité à se projeter dans la tâche, à faire des hypothèses, à évoquer ce qu’il a fait dans d’autres séances, à dessiner ce qu’il a déjà compris, à faire une petite carte mentale mobilisant les acquis (comme en cours !).

    • On peut imaginer une petite question, une vignette, une bulle, un brainstorming, … (pense à trois mots qui te font penser au « futur » – rappelle-toi et nomme quels autres temps nous avons déjà appris -….)

La question du sens des apprentissages est primordial : on cherche à ce que l’élève fasse des liens entre tout ce qu’il apprend et qu’il puisse ordonner et hiérarchiser les connaissances et les capacités en jeu : comment faire à distance ? Il est important de garder cela en tête et de proposer des petites questions en amont et en aval des séances :

    • A quoi tu penses que cela va te servir ?
    • A quoi cela te fait penser ?
    • Est-ce que tu as déjà appris cela ? Tu te rappelles quand ? Pour quoi ?
    • Comment tu imagines que ça pourrait te servir ?
    • A ton avis, qu’est-ce qu’on va faire demain pour la prochaine activité ?
    • Est-ce que cela te fait penser à quelque chose que tu as vécu ailleurs qu’à l’école ?
    • Tu peux le relier à une autre discipline ? …

Ces questions doivent être écrites pour aider les parents à accompagner leur enfant.

3. Les pauses

On sait que les pauses sont à portée de main à la maison et qu’elles sont nécessaires.

  • Pourquoi ne pas proposer aux élèves (et aux parents) des pauses possibles ? On peut imaginer une liste de 6-8 propositions et qu’une pause différente soit choisie par jour au moins. Ces pauses sont aussi des activités complémentaires.
    • Jouer à un jeu de société,
    • Faire une œuvre d’art,
    • Apprendre un morceau de musique,
    • Préparer un exposé pour la famille,
    • Fabriquer un objet,
    • Faire de la cuisine,
    • Faire du jardinage,
    • Jouer dehors,
    • Faire du sport,
    • Faire une cabane,
  • Ces pauses ne font pas l’objet d’un apprentissage conscientisé mais contribuent à motiver les élèves et à leur permettre d’être disponibles sur la durée.
  • On peut imaginer sur le planning de la journée que deux pauses joker sont à choisir par l’enfant au moment où il le souhaite (au bout de 20 minutes ou d’une heure ou à l’issue du travail fait dans une matière par exemple) et lui imposer une pause nouvelle tous les jours.
  • Les pauses sont aussi le moment de structurer la mémorisation et l’apprentissage : c’est important de l’expliquer aux élèves

4. Varier les activités et donner du choix

  • Les élèves ont besoin de rituels mais aussi de variétés dans les supports et dans les propositions. C’est le moment de laisser place à notre créativité et à celle des élèves.
    • La pédagogie de projet vient nous y aider (sur du moyen terme (deux semaines par exemple). Un projet n’a de sens que s’il y a un produit fini pour un destinataire !
    • Nous aussi, enseignants, nous pouvons nous mettre en projet avec nos élèves dans le cadre de défis !
    • Faire des petites vidéos, des petits enregistrements audio pour nos élèves, des petits tutoriels,
    • Utiliser des quizz, faire des formulaires en ligne…
    • Inviter les élèves à faire photos, à s’enregistrer, à se filmer quand ils le peuvent…
  • Donner du choix

Les élèves apprécieront sur une liste de tâches à réaliser :

    • De choisir la ou les tâches qu’ils vont faire,
    • De choisir l’ordre d’exécution des tâches,
    • De choisir le matériel pour exécuter les tâches (c’est rare de pouvoir s’autoriser à changer de couleur de crayon, dans la situation que nous vivons, pourquoi pas ?),

Proposer aux élèves de s’auto-évaluer :

    • Penser des supports à cocher pour que les élèves sachent ce qu’ils ont fait et ce qu’ils ont à faire.
    • Penser à ce que l’élève s’auto-évalue (échelles descriptives et/ou  cartons de confiance (vert, je suis sûr de ma réponse, orange, je pense que j’ai encore besoin de m’entraîner, rouge, j’ai besoin qu’on me réexplique et de refaire autrement pour comprendre).

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.